Les styles

les styles

Il existe deux styles de capoeira consacrés par tous les capoeiristes : la Capoeira Angola et la Capoeira Régionale Mais il en existe d’autres.

La Capoeira Angola est considérée par beaucoup comme la capoeira-mère, mais en vérité, c’est aussi un style, créé à partir du divertissement bahiannais qui n’avait pas ses fondements aussi structurés que l’Angola. C’est un style qui s’est fortifié et solidifié à partir de Maître Pastinha (Vicente Ferreira Pastinha), qui fut son plus important représentant et élu par les capoeiristes de l’époque pour commander les destinées de la capoeira bahiannaise qui n’était pas la Régionale.

La Capoeira Angola se caractérise par ses fondements, actuellement déjà bien structurés, pour sa philosophie et pour le respect et la soumission au commandement des maîtres. Jusqu’à il y a peu de temps on ne voyait pas de Capoeira Angola à Bahia, mais actuellement, ce style est présent dans presque toutes les rodas de capoeira et est enseigné dans plusieurs états du Brésil, comme à l’extérieur.

Aux Etats Unis, se trouvent deux grands Maîtres de Capoeira Angola, Maître João Grande et Cobrinha Mansa, tenant aussi un travail du GCAP (Groupe de Capoeira Angola Pelourinho, siégeant au Brésil).Sa principale philosophie est la subjectivité, où la malice supplante la force, le respect, la peur, la coopération, la compétition.

La Capoeira Régionale a été créée par Maître Bimba (Manoel dos Reis Machado), un style qui était à peine bahiannais, mais s’est étendue partout dans le monde. Maître Bimba est parti d’une critique de la capoeira bahiannaise, dont il considérait le niveau technique insuffisant, surtout qu’elle se confrontait à d’autres luttes et art martiaux, qui commençaient à être diffusés alors au Brésil. Bimba non seulement a transféré la pratique de la capoeira de la rue dans une enceinte fermée, l’académie, mais il l’a fragmentée en "exercices fondamentaux" à pratiquer quotidiennement, « séquences » et la roda à proprement dite.

Une des innovations la plus controversée a été l’introduction de nouveaux coups, parmis eux les balões cinturados (prises au corps inventées par Maître Bimba pour faire tomber). Il a aussi introduit une hiérarchie jusque là inexistante, où se distinguait débutants, élèves formés et formés spécialisés. (Assunção et Vieira, pg ) Ce style se caractérise par son objectivité et ses mouvements plus esthétiques. Sa méthode est facile d’être comprise. Bien que la majorité des capoeiristes n’acceptent pas ses fondements initiaux, c’est encore la plus jouée. Bien que ces styles soient reconnus, certains maîtres, ne les adopteront jamais, beaucoup d’entre eux, préfèrent ne pas classifier la capoeira en styles de même que d’autres, préfèreront créer leur propre style.